Motricité : comment accompagner bébé dans l'apprentissage de la marche ?

0 commentaires

Cela fait bientôt 20 ans que je travaille auprès des tout-petits, en crèche, avec mes enfants, et depuis peu comme assistante maternelle, et c'est toujours un grand plaisir d'accompagner les bébés dans l'acquisition de leur motricité et leur prise d'autonomie. Par Laurence Déroche, auxiliaire de puériculture. 

Apprentissage de la marche : l'encourager dans ses acquisitions

1 - La position allongée

Oui, et le plus possible sur le ventre. Sur le dos, il bouge bras et jambes mais sans les tonifier vraiment. Le fait d'être sur le ventre va l'inciter à relever la tête, pousser sur ses bras, regrouper ses jambes sous son ventre. Lever les bras et les jambes (ce qui stimulera énormément les muscles le long de la colonne vertébrale). En poussant sur ses bras, il va acquérir le retournement ventre/dos, et dos/ventre. C'est toujours sur son ventre qu'il apprendra à ramper, en arrière et en avant. Il pourra aller chercher lui même les jeux qui l'intéressent. Déjà un peu d'autonomie! Et les prémices du quatre-pattes.. Quand il aura acquis le 4 pattes, sa motricité lui permettra enfin de s'asseoir seul.
À partir du moment où vous le verrez s'asseoir seul, vous pourrez le poser au sol en position assise. Et là seulement. Il cherchera ensuite à se mettre debout avec un appui, il grimpera sur les canapés, puis il travaillera son équilibre pour se mettre debout sans appui, et la marche suivra tout naturellement.

 

2 - Les tapis

Vous pouvez installer plusieurs sortes de tapis : une simple couverture, un tapis tissus interactif, un tapis en mousse. N'importe quel tapis, du moment que votre enfant est en sécurité et confortablement installé. Au départ, le temps allongé proposé sera probablement assez court (quelques minutes ).
Posez le d'abord sur le dos, restez avec lui, parlez-lui . Si vous le sentez bien, vous pouvez le faire rouler doucement sur le côté et le mettre sur le ventre, en prenant soin de bien le manipuler.
Si votre enfant s'impatiente, remettez-le sur le dos ou faites lui un câlin si besoin.
Au fur et à mesure, il prendra l'habitude et il restera de plus en plus longtemps sur ses tapis de jeux.

 

3 - Les jeux

Proposez à votre enfant, dans un premier temps, trois ou quatre jouets, et posez-les sur le tapis de manière à ce qu'il puisse les voir, les attraper. Des petites peluches, des hochets, de formes de couleurs et de textures différentes.

 

4 - Le parc

C'est un bon palliatif si vous devez vous occuper sans pouvoir rester à côté de votre enfant, car il représente un espace sécurisé (si vous avez un chien, un autre jeune enfant, ou si la pièce comporte des dangers). Mais autant que possible, essayez d'être avec lui sur les tapis, surtout au début pour lui faire aborder au mieux la position allongée. Quand il se sentira à l'aise et rassuré, il aura moins besoin de votre présence.

Pour aider votre enfant à se développer, voici ce qu'il faut éviter de faire :

1 - Le transat de manière prolongée

Le transat est un bon outil au moment des repas, après le biberon ou au moment de la diversification quand l'enfant mange à la cuillère. Mais c'est tout. Quand votre enfant est réveillé, ce dont il a besoin, c'est d'être sur des tapis afin de se tonifier.

2 - La position assise

On ne doit jamais, jamais asseoir au sol un bébé qui ne sait pas s'asseoir par lui même. Même calé avec des coussins! Sa colonne vertébrale, ses muscles ne sont pas encore prêts. Nous parlons de "psychomotricité"; ce qui implique que la motricité a donc un impact important sur le psychisme.
Et dans ce cas, la position assise imposée par l'adulte, le place en grande insécurité. Car l'enfant n'a pas encore un bon équilibre, il "tangue" pour se maintenir. Ce manque d'équilibre peut également entraîner des chutes, ce qui met l'enfant en échec en lui procurant une grande peur (sensation de chute dans le vide). De plus cette position l'immobilise et le rend dépendant d'autrui.

3 -Le portage prolongé

Le portage prolongé ne doit pas être la réponse à tous les pleurs de votre bébé. Vous le portez pour le câliner, le nourrir. Pour l'emmener d'un endroit à un autre, pour le soulager de ses coliques... Mais plus que vos bras ce dont votre enfant a besoin pour être rassuré, c'est de votre présence. Soyez avec lui mais sans le porter car cette position est passive, comme le transat. Vous devez l'accompagner. Et donc, dès ses premières semaines, proposez lui d'être avec vous sur des tapis.

4 -Le youpala

A proscrire absolument. Tous les spécialistes de la motricité (kinésithérapeutes, ostéopathes, psychomotriciens, en crèche, chez les assistantes maternelles) déconseillent le trotteur. 
Voici ce qui est souvent constaté chez les enfants qui l'utilisent : des troubles de l'équilibre, l'absence de quatre-pattes d'où un retard de langage (oui, il y aurait un lien entre l'acquisition du quatre-pattes et la mise en place du langage), une marche plus tardive. Cet appareil donne à l'enfant un faux sentiment d'autonomie, car sa motricité n'est pas acquise.

5 - L'utilisation d'une arche

Encore une fois, les arches que l'on place au dessus de bébé, au sol ou dans le transat, le maintiennent à nouveau sur le dos dans une position assez passive, peu tonifiante.

 

Source : Paroledemamans.com

Auteur : Candice PDM

 

Laissez un commentaire

Les commentaires sur le blog seront vérifiés avant leur publication
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.